favicon du site   LA PHILATÉLIE, TÉMOIN DE L'HISTOIRE
Documentation philatélique replacée dans son contexte historique

URL du site : http://www.histoire-et-philatelie.fr



La France dans le contexte international 1943-1958  


Retour au sommaire de "La France dans le contexte international 1943-1958 "




ACCES DIRECT AUX DIFFÉRENTES PAGES


De Stalingrad à la Conférence de la Paix


La Conférence de la Paix à Paris


De la Conférence de Paris à la Crise de Berlin


Du Blocus de Berlin à la création de l'OTAN


Création et commémorations de l'OTAN


De la création de l'OTAN à la guerre de Corée


Du début de la Guerre de Corée à la mort de Staline








Avec un puissant Parti Communiste Français (26% aux élections législatives de 1945), des ministres communistes au gouvernement jusqu'en mai 1947, des grèves très dures en 1947/48 organisées par la CGT communiste, la France voit avec méfiance la mainmise communiste en Europe de l'Est, d'autant plus qu'une partie de son armée est occupée par les guerres coloniales (Indochine, puis Madagascar).
Cela conduira la France à chercher des alliances d'abord en Europe (Traités de Dunkerque et de Bruxelles) puis au niveau atlantique (OTAN) et ensuite dans une Communauté Européenne de Défense (CED) qui échouera et enfin à accepter le réarmement de l'Allemagne.



  La défaite allemande à Stalingrad en janvier 1943 marque un coup d'arrêt à l'expansion de la Wehrmacht. Elle est suivie d'une période d'équilibre avec les forces soviétiques jusqu'à la Bataille de Koursk en juillet- août qui est suivie du début de l'Offensive de la l'Armée Rouge jusqu'à Berlin.  



Drapeau armée rouge Drapeau Wehrmacht

COUP D'ARRÊT DE L'EXPANSION DE LA WEHRMACHT À STALINGRAD


Friedrich von Paulus
31 JANVIER 1943 :
Reddition du commandant-en-chef allemand Friedrich Von Paulus à Stalingrad.

Monument de Stalingrad








De nombreux timbres commémorent la victoire soviétique à Stalingrad.

Bloc URSS célébrant la victoire de stalingrad

30ème anniversaire
30ème anniversaire

Timbres d'Albanie célébrant la victoire de Stalingrad

Timbres de Hongrie célébrant la victoire de Stalingrad


Défenseurs de Stalingrad

Stalingrad timbre de Croatie

Lettre pour stalingrad retournée à l'envoyeur
Lettre pour un numéro de Feldpost de Stalingrad, retournée à l'envoyeur le 15/2/43 avec griffe "Unzustellbar / an Absender zurück" (adresse de l'expéditeur à Wien 110 au verso, mais il a déménagé d'où la réexpédition).






Drapeau armée rouge Drapeau Wehrmacht

LA BATAILLE DÉCISIVE DE KOURSK


Koursk
timbres des îles Marshall commémorant la Bataille de Koursk (Y&T Marshall Nos 467/468)


Front de l'Est lors de la bataille de Koursk
source : Wikipedia https://fr.wikipedia.org/wiki/ Bataille_de_Koursk#/ media/ File:Eastern_Front_1943-02_to_1943-08.png
5 JUILLET - 23 AOÛT 1943 :
Cette bataille nuance la thèse du rouleau compresseur soviétique jusqu'à Berlin : le premier semestre de l'année 1943 constitue en fait sur le front russe une phase d'équilibre, de récupération et de préparation à l'ultime tentative du Troisième Reich de reprendre l'initiative contre l'Armée Rouge après ses échecs successifs devant Moscou et Stalingrad.

Trois armées allemandes regroupant 900 000 hommes soit 50 divisions dont 19 blindées et motorisées (plus 20 divisions de réserve), 10 000 canons et mortiers, plus de 2 000 avions et 2 700 chars se lancent à l'assaut de deux armées blindées soviétiques épaulées de 4 corps blindés de 3 300 chars et d'une armée d'infanterie regroupant 1,337 million d'hommes, 19 300 canons et mortiers; soit 2 millions de combattants sur un front long de 270 km.

Kharkov
Libération de Kharkov (Y&T Marshall No 450)
L'Armée Rouge, malgré des pertes très importantes, dispose de réserves stratégiques et lance deux contre-offensives de part et d'autre du saillant de Koursk, l'opération Koutouzov et l'opération Rumyantsev.
Ces contre-attaques rejettent la Wehrmacht sur ses lignes de départ et permettent la libération de deux villes stratégiquement importantes, Orel et Kharkov.

Drapeau France Libre
Le groupe de chasse Normandie, future "escadrille Normandie-Niemen", constitué d'aviateurs français combattant aux côtés des Soviétiques, arborant l'étoile rouge, mais les couleurs françaises sur le capot moteur, est engagé dès le 12 juillet 1943 à 8 heures du matin.

avion aux couleurs de Normandie-niemen
avion aux couleurs de Normandie -Niemen pendant la guerre (la croix de Lorraine ne sera apposée qu'après la guerre).

Quatorze pilotes accompagnent les bombardiers Pe-2 au-dessus de Khationki pour une attaque sur les lignes allemandes. Les combats aériens se poursuivent jusqu'au 28 juillet 1943. Ce jour-là, 30 Fw 190 sillonnent le secteur. Dix-sept victoires aériennes sont homologuées payées d'un prix lourd: onze pilotes tombent dont le commandant Tulasne disparu le 17 juillet 1943 dans la région d'Orel.

Voir le chapitre :

Les commémorations et le courrier de l'escadrille "Normandie Niemen" 





  Après cette défaite, la Wehrmacht ne parvint plus jamais à reprendre l'offensive sur le front russe.
  Elle subit dès lors une poussée continue, parsemée de défaites successives, qui allait conduire à la libération du territoire soviétique de l'occupation nazie, à la traversée de la Pologne par l'Armée Rouge et enfin à la conquête de Berlin.

  Après cette bataille, fin août 1943, il apparaît que l'Allemagne a probablement déjà perdu la Seconde Guerre mondiale.

Source : Wikipedia





PREMIER
« TRAITÉ D'AMITIÉ ET D'ASSISTANCE MUTUELLE »
ENTRE L'URSS ET UN FUTUR SATELLITE

DÉCEMBRE 1943 :
Les Occidentaux et en particulier, la France, ayant été incapables de protéger la Tchécoslovaquie en 1938/39, Edvard Benes, président en exil de la Tchécoslovaquie, pense plus prudent de s'entendre avec l'U.R.S.S. et signe un traité d'amitié et d'assistance mutuelle avec Moscou.
On notera que ce traité, contrairement à tous ceux signés par la suite entre les Pays de l'Est et l'U.R.S.S. n'a pas été signé sous la pression de l'Armée Rouge qui est encore très loin de Prague à cette date.
Le 5ème anniversaire de ce "Pacte d'amitié" entre l'URSS et le gouvernement tchèque sera célébré en décembre 1948 (Y&T Tchécoslovaquie No 487).

5ème anniversaire du traité URSS Tchecoslovaquie oblitération du 5ème nniversaire du traité URSS Tchecoslovaquie
timbre attenant à une vignette commémorant le 5ème anniversaire du traité d'amitié entre la Tchécoslovaquie et l'URSS et cachet FDC





ÉVOLUTION DU « FRONT DE L'EST »
AOÛT 1943 - DÉCEMBRE 1944

Evolution du Front de l'Est 1943-1944
Par Drawn by GdrModified by Zocky, Mahahahaneapneap, Julieta39, Claude Zygiel —
Source :
http://en.wikipedia.org/wiki/ Image:Eastern_Front_1943-08_to_1944-12.png, CC BY-SA 3.0,
https://commons.wikimedia.org/w/ index.php?curid=310145

CLIQUER SUR LA CARTE POUR AGRANDIR


Pour l'évolution du Front de l'Ouest on se reportera au chapitre :

"Des Vosges à la capitulation"




JUILLET 1944 :
L'U.R.S.S. refuse d'adhérez aux accords de Bretton-Woods sur les taux de change.






LA ROUMANIE S'ÉMANCIPE DE L'ALLEMAGNE
POUR TOMBER
SOUS LA COUPE SOVIÉTIQUE

Roi Michel 1er de Roumanie

23 AOÛT 1944 :
Le roi de Roumanie Michel 1er met fin au régime dictatorial pro-nazi du "conducator" Ion Antonescu et demande l'armistice aux Alliés.
Les Soviétiques qui ont déclenché l'offensive militaire le 20 août arrivent à Bucarest le 30.

Ion Antonescu
Ion Antonescu

Série anniversaire du 23 août 1944




série 23-8-44 roumanie

Une série de timbres avec légende "Défense Patriotique" et date 23-8-44 / 23-8-45 a été émise pour le premier anniversaire de la décision du roi Michel (Y&T Roumanie Nos 854/65).

Série 23-8-44  Roumanie

12 SEPTEMBRE 1944 :
Convention d'armistice entre la Roumanie et l'U.R.S.S. qui donne à cette dernière un droit de regard sur toutes les activités roumaines dans l'attente de la signature d'un traité de Paix avec les anciens satellites du Reich.
Récupération de la Transsylvane du Nord
Les frontières sont remodelées. L'U.R.S.S. s'empare de la Bessarabie et de la Bucovine du Nord et la Roumanie récupère la Transsylvanie du Nord qui lui avait été enlevée en 1940 au profit de la Hongrie.
Une série de timbres (Y&T Roumanie Nos 774/84) est consacrée au retour de la Transsylvanie du Nord à la Roumanie. Il n'y aura évidemment aucun timbre consacré aux provinces annexées par l'Union Soviétique ou la Bulgarie.

Territoires perdus par la Roumanie au début de la guerre mondiale Roumanie 1945
La Roumanie en août 1940 avec en rouge les territoires cédés à l'U.R.S.S., en jaune ceux cédés à la Hongrie, et en vert à la Bulgarie.
Source : Wikipedia
Roumanie 1945

Les Communistes prendront le pouvoir par un coup d'état
le 6 mars 1945

Voir à cette date







AVÈNEMENT D'UN RÉGIME PRO-SOVIÉTIQUE
EN BULGARIE

Pacte tripartite

SEPTEMBRE 1944 :
La Bulgarie s'était rangée du côté des pays de l'Axe le 1er mars 1941 lorsque le tsar Boris III avait signé le pacte tripartite.
La Bulgarie entra en guerre aux côtés de l'Allemagne contre la Yougoslavie et la Grèce, ce qui lui permit de récupérer également une partie de la Macédoine et le débouché sur la mer Égée.
Prudent toujours, le tsar Boris III refusa cependant de déclarer la guerre à la Grande-Bretagne et s'abstint de toute provocation à l'égard des occidentaux. De même, lors d'une entrevue avec Adolf Hitler, le Tsar lui refusa toute participation à la guerre contre la Russie en indiquant que les Bulgares, très largement russophiles, ne pouvaient pas prendre les armes contre ceux qui les avaient libérés de la domination ottomane.
À la suite de plusieurs torpillages de bateaux bulgares en Méditerranée, Boris III finit néanmoins par déclarer la guerre à la Grande-Bretagne et aux États-Unis d'Amérique le 13 décembre 1941,après Pearl Harbor, tout en continuant à préserver sa neutralité envers l'U.R.S.S..
Décès de Boris III
Tsar Boris III

À la suite du décès du tsar Boris III le 28 août 1943, et de la période de questionnement politique dans le pays autour de la minorité du nouveau tsar, Siméon II, âgé de six ans, les alliés tentent de faire pression sur le jeu des alliances bulgares en bombardant directement la Bulgarie.
Simeon II
Tsar Siméon II
Le frère de Boris III, le prince Cyrille assure la régence.
Les combats aériens entre les bombardiers alliés et leurs escortes, et les forces aériennes bulgares ne cesseront que le 26 août 1944.
  Malgré une position de neutralité préservée durant toute la guerre vis-à-vis de l'Union Soviétique, l'Armée Rouge approche de la frontière bulgare puis déclare la guerre à la Bulgarie le 5 septembre 1944.  
  C'est la "guerre d'un jour", car le lendemain, une insurrection menée par la coalition du Front de la Patrie (communistes bulgares et Zveno) renverse le gouvernement et instaure le 9 septembre un régime favorable à l'U.R.S.S..  

Le royaume de Bulgarie quitte l'Axe, se retire de la Macédoine et de la Thrace grecque, et rejoint les Alliés.

Sept timbres seront émis avec légende "9 septembre" (Y&T Bulgarie Nos 428/34).

Insurrection bulgare de septembre 1944
Timbres avec légende "9 septembre", date de l'instauration du régime pro-soviétique

Six timbres (Y&T Bulgarie Nos 789/94) seront émis pour le dixième anniversaire de l'insurrection et huit timbres pour le vingtième anniversaire (Y&T Bulgarie Nos 1270/77).

Insurrection Bulager 1944


20ème anniversaire de l'insurrection bulgare

La guerre est alors déclarée à l'Allemagne tandis qu'une violente "épuration" de partisans de l'Allemagne mais aussi d'opposants au communisme, fait 16 000 victimes estimées, exécutées sans procès, et près de 2 500 à la suite de procès à l'équité discutable.

1ER FÉVRIER 1945 :
Le régent Cyrille est exécuté pour collaboration avec l'Allemagne nazie

G. Dimitrov
Le 4 novembre 1945, Georgi Mikhailov Dimitrov, ancien secrétaire général du Komintern, retourne clandestinement, après 22 années d'exil, sur le territoire du royaume de Bulgarie occupé par l'Armée Rouge et prend la direction du Parti Communiste Bulgare.
Il succède à Kimon Georgiev comme Premier ministre en 1946, tout en conservant sa citoyenneté soviétique et en restant secrétaire général du Parti Communiste Bulgare.
Dimitrov utilise les pratiques staliniennes : épuration des nazis à la Libération, élimination des opposants par tous les moyens (« procès », déportations, exécutions) et surveillance étroite d'une population rendue craintive.

C'est le début d'une grande "amitié soviéto-bulgare" qui sera régulièrement célébrée philatéliquement.

Congrès soviéto-bulgare 1946
Fêtes de l'amitié soviéto-bulgare 1946


Source :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_la_Bulgarie et
https://fr.wikipedia.org/wiki/Georgi_Mikhailov_Dimitrov


La Monarchie sera abolie et la République Populaire proclamée
le 8 septembre 1946

Voir à cette date







PREMIÈRE RÉPARTITION DES INFLUENCES DANS LES BALKANS
INTENTIONS ET RÉALITES

10 OCTOBRE 1944 :
A Moscou, Churchill et Staline scellent en tête-à-tête le sort des pays balkaniques après la chute du IIIe Reich allemand.

  • 1) Roumanie : Russie 90%, les autres 10%,
  • 2) Grèce : Grande-Bretagne (en accord avec les États-Unis) 90%, Russie 10%,
  • 3) Yougoslavie : 50/50%,
  • 4) Hongrie : 50/50%,
  • 5) Bulgarie : Russie 75%, les autres 25%.


  • MAIS :
    Le 3 décembre 1944, le Parti communiste grec (EAM-ELAS) tente de s'emparer d'Athènes. Un corps expéditionnaire britannique intervient. C'est le début d'une atroce guerre civile (tortures et meurtres de civils, femmes et enfants en grand nombre). Un cessez-le-feu intervient le 14 janvier 1945. Lâchés par l'U.R.S.S., les communistes sont écrasés. La victoire reste aux partis pro-occidentaux.

    En Yougoslavie, par contre, c'est au chef des communistes, Josip Broz Tito, que va revenir la totalité du pouvoir, Churchill ayant commis l'erreur de le soutenir plutôt que les résistants royalistes ou démocratiques, au moins aussi efficaces contre les Allemands.
    La Hongrie et la Roumanie vont tomber tout entières sous la coupe des communistes locaux, inféodés aux « libérateurs » soviétiques.
    Lorsque s'ouvrira la conférence de Yalta, le 4 février 1945, peu avant l'effondrement du IIIe Reich, Staline aura déjà l'Europe centrale à sa botte.

    Source :
    https://www.herodote.net/ 10_octobre_1944-evenement-19441010.php






    L'ALBANIE
    DE L'OCCUPATION ITALIENNE AU COMMUNISME

    27 NOVEMBRE 1926 - 22 NOVEMBRE 1927 :
    Signature de différents traités entre l'Albanie, état créé en 1913 après la "Seconde Guerre Balkanique" et le dépeçage de l'Empire Ottoman, et l'Italie qui assure à cette dernière un contrôle, de fait, sur le pays.

    Timbre d'Albanie surchargé 12/4/39

    7 AVRIL 1939 :
    Mussolini, qui rêve d'un nouvel Empire Romain en Méditerranée et veut imiter Hitler dans son annexion de l'Autriche, fait à l'Albanie une offre d'« Anschluss » qui est refusée. L'Italie alors envahit l'Albanie et le Roi Zog 1er part en exil.
    Le 17 avril, le Roi d'Italie Victor Emmanuel III devient Roi d'Albanie.
    Une série de timbres d'Albanie a été surchargée en albanais "Assemblée / Constituante / 12-IV-1939 / XVII" (Y&T Albanie Nos 256 A/M et PA 35 H/L).

    28 OCTOBRE 1940 :
    Le gouvernement profasciste grec rejette l'ultimatum par lequel l'Italie demande le libre passage pour ses troupes afin d'occuper des points stratégiques (non spécifiés) sur le sol grec.

    Albanie sous domination italienne
    Les possessions italiennes à la mi - 1941

    L'Italie tente alors d'envahir la Grèce à partir de l'Albanie où elle a amassé ses troupes. Dès lors, la Grèce, dont l'armée est puissante, décide de se ranger aux côtés du Royaume-Uni bien que cela implique de faire face à Hitler qui occupe la plus grande partie de l'Europe.
    À la fin de 1940, les armées grecques se trouvent à soixante kilomètres à l'intérieur de l'Albanie.
    Les opérations se passant mal pour l'Italie, cette dernière doit faire appel à l'aide des troupes allemandes qui pour cela souhaitent passer par la Yougoslavie mais cette dernière refuse.
    Le 6 avril 1941, les armées italo - allemandes envahissent la Yougoslavie et obtiennent sa capitulation le 18 avril.

    Surcharge Montenegro occupation italienne

    La Yougoslavie est dépecée. La Serbie et la Croatie (avec la Bosnie) deviennent des États indépendants sous protection allemande et italienne respectivement; le Monténégro devient un gouvernorat italien avec ses propres timbres; L'Albanie, unie à l'Italie, annexe le Kosovo et la Macédoine de l'Ouest; la Hongrie et la Bulgarie annexent des parties de territoire; L'Italie annexe des parties de la Dalmatie et de l'arrière-pays de Rijeka, ainsi que le sud de la Slovénie. L'Italie et l'Allemagne ainsi que la Bulgarie occupent la Grèce.

    surchage 17-4-41

    Source :
    http://www.coordinamentoadriatico.it/3-venezia-giulia-e-dalmazia-in-guerra-12-aprile-1941-8-settembre-1943/


    Une série de timbres de Yougoslavie a été surchargée "Montenegro / (cerna gora en cyrillique) / 17-IV 41 -XIX " date du protectorat italien sur le Montenegro (Y&T Montenegro , occupation italienne Nos 1/14).




    25 JUILLET 1943 :
    Après la chute de Benito Mussolini, Victor-Emmanuel III abdique en tant que roi d'Albanie.

    9 - 14 SEPTEMBRE 1943 :
    A la suite de la capitulation de l'Italie devant les alliés occidentaux, les armées allemandes pénètrent dans le pays et rétablissent l'« Indépendance » de l'Albanie.
    Des timbres et entiers postaux de la période italienne sont surchargés "14 / Shtator / 1943" (14 septembre 1943) (Y&T Albanie Nos 289/302).

    Série d'Albanie italienne surchargée 14-9-43
    série complète surchargée "14 / Shtator / 1943" (14 septembre 1943)

    Entier albanais avec surcharge 14-9-43
    entier postal de l'Albanie italienne surchargé "14 / Shtator / 1943" (14 septembre 1943)

    OCTOBRE 1943 :
    Une assemblée constituante est réunie sur ordre des Allemands, et l'Albanie proclame son indépendance vis-à-vis de l'Italie, révoquant également la plupart des lois promulguées durant l'occupation italienne.

    20ème anniversaire du congrès de Permeut
    24 MAI 1944 :
    Congrès du parti communiste albanais à Peurmet qui crée un « Conseil antifasciste de libération nationale, organe suprême, à la fois législatif et exécutif » .
    Plusieurs timbres d'Albanie commémoreront ce congrès lors des divers anniversaires.

    20ème anniversaire du Congrès de Permeut
    20ème anniversaire du Congrès de Permeut

    Enver Hoxha


    22 OCTOBRE 1944 :
    À l'automne 1944, avec le retrait des troupes allemandes du Royaume d'Albanie, le Mouvement de Libération Nationale, dirigé par le Parti communiste d'Albanie et fortement soutenu par les Partisans yougoslaves de Tito, prend le contrôle du pays, éliminant progressivement ses adversaires politiques. Enver Hoxha, secrétaire du Parti, forme un gouvernement provisoire, le « gouvernement démocratique d'Albanie ».

    Proclamation d'un gouvernement démocratique d'Albanie 22 10 1944
    Timbres de la période italienne avec surcharge en albanais "Gouvernement / démocratique/ d'Albanie / 22-X-1944" et nouvelles valeurs (Y&T Albanie Nos 303/311)

    Frontières en 1947
    Frontières en 1947
    ETE 1945 :
    Une réforme agraire est mise en place, entraînant l'expropriation d'une centaine de grands domaines au profit des travailleurs agricoles. Les biens ecclésiastiques sont nationalisés. Entre la fin 1945 et le début 1946, Hoxha et Xoxe organisent la purge des éléments modérés du parti au même titre que celle de nombreux chrétiens dont certains ont été reconnus comme martyrs par l'Église Catholique.

    2 DÉCEMBRE 1945 :
    Élections législatives. Le Parti communiste présentant une liste unique sous l'appellation de Front démocratique (nouveau nom du Mouvement de libération nationale) remporte 93,2 % des suffrages !

    10 JANVIER 1946 :
    L'Assemblée constituante proclame officiellement l'abolition de la monarchie et la mise en place de la République Populaire d'Albanie.

    Assemblée Constituante d'Albanie
    Timbres surchargés en albanais Assemblée Constituante 10 janvier 1946 (Y&T Albanie Nos 335A/F)

    Proclamation de la république Populaire d'Albanie
    Timbres surchargés en albanais "République Populaire / d'Albanie" (Y&T Albanie Nos 335G/N)

    Omer Nishani, en tant que président du Praesidium de l'Assemblée populaire, exerce la fonction honorifique de chef de l'État, mais le pouvoir est exercé par Enver Hoxha en tant que chef de gouvernement et chef du parti.

    De 1944 à 1948, l'Albanie qui a été invitée ni à l'ONU ni à la Conférence de la Paix à Paris ni au Kominform bien que dotée d'un gouvernement communiste, sera représentée pour sa politique étrangère par la Yougoslavie. Ce n'est qu'après la rupture de Tito avec l'U.R.S.S. en 1948 que l'Albanie aura une politique indépendante.






    Drapeaux des trois grdes puissances

    LA CONFÉRENCE DE YALTA
    4 - 11 FÉVRIER 1945



    Yalta photo officielle

    4 - 11 FÉVRIER 1945 :
    Conférence de Yalta (Staline, Roosevelt, Churchill). (Stettinius a remplacé Cordell au poste de Secrétaire d'État américain).

    A Yalta il est décidé que l'U.R.S.S. rentrera en guerre contre le Japon 3 mois après la défaite de l'Allemagne.
    Roosevelt évoque encore une fois la possibilité de placer l'Indochine sous le contrôle des Nations Unies. Churchill s'y oppose. Roosevelt s'oppose toujours à fournir des navires pour le transport de troupes françaises en Extrême Orient, mais accepte toutefois que Mountbatten utilise des forces françaises camouflées sous réserve qu'elles restent au sud du 16ème parrallèle .

    Churchill obtient que la France soit vraiment l'un des quatre dirigeants de l'Allemagne vaincue. Il ne veut pas se retrouver seul face aux Soviétiques quand les Américains auront quitté l'Europe.
    Staline, qui estime que la France a peu participé à l'effort de guerre contre Hitler, accepte néanmoins, sous réserve que la partie française soit prélevée sur les zones préalablement attribuées aux Occidentaux.

    La France est invitée à faire partie du "Conseil de Contrôle Interallié" qui doit gérer le pays vaincu et qui siégera à Berlin.
    Staline obtient au titre des réparations 20 milliards de dollars.

    De très nombreux timbres rappellent cette conférence :
    • Deux timbres et un bloc-feuillet du Togo (Y&T Togo N°458, 460 et B.F. N°17),

    • Bloc du Togo

    • un timbre de Hongrie (Y&T Hongrie série N°PA 66/69), également émis en bloc de quatre tête bêche,

    • Roosevelt et la Conférence de Yalta


      Yalta roosevelt Hongrie

      Marshall : Conférence de Yalta
      • un timbre des Iles Marshall (Y&T Iles Marshall No 549),


      • un timbre de Russie (Y&T Russie No 6111).

      • Timbre de Russie


    • un timbre de St-Vincent (Y&T Grenadines Saint Vincent No XXX ) et un timbre de Tanzanie (Y&T Tanzanie No XXX).

    • Timbre de St Vincent

      Timbre de Tanzanie


      Le graphisme du timbre de St Vincent est repris sur un "timbre en or" à 50$ (Y&T Grenadines Saint Vincent No XXX ) commémorant le 50ème anniversaire du 8 mai 1945.

      Timbre doré de St-Vincent Conférence de Yalta

    • un timbre de Belgique émis en l'an 2000 (Y&T Belgique No XXX ) montre une carte de l'Europe et sa découpe par le "Rideau de fer" sur fond de photo officielle de la Conférence.

    • FDC Timbre Yalta Belgique
      Enveloppe FDC du timbre Yalta de la série "Le Tour du 20ème Siècle en quatre-vingt timbres

      Pour le cinquantième anniversaire de la conférence, l'Ukraine mettra en service deux oblitérations montrant les drapeaux et les signatures des trois participants.

      Oblitération spéciale Ukraine 1995
      Cachets commémoratifs d'Ukraine

    • deux blocs-feuillet du Mali (Y&T Mali No XXX/YYY ) pour le 70ème anniversaire

    Conférence de yalta 70ème anniversaire Mali Conference de Yalta 70ème anniversaire Mali

    En 2015, Malta émettra un tryptique "from Malta to Yalta" pour le 70ème anniversaire.

    Tryptique de malte

    La même année, la République Centrafricaine émettra un bloc montrant les plans de partage de l'Europe tels que discutés à Yalta.

    Bloc Centrafrique
    Les plans de partage de l'Europe tels que proposés par Churchill et Roosevelt et le résultat final.






    COUP D'ÉTAT COMMUNISTE
    EN ROUMANIE

    6 MARS 1945 :
    En application de l'accord entre Alliés sur la répartition des zones d'influence dans les Balkans (novembre 1944 puis Yalta), le Parti Communiste Roumain prend le pouvoir à Bucarest.

    Le régime communiste débute par le coup d'État organisé le 6 mars 1945 par le ministre soviétique des affaires étrangères Vychinski en visite à Bucarest, avec la logistique de l'Armée Rouge et du NKVD.
    Roi Michel 1er Roumanie
    La Roumanie reste une monarchie, mais le coup d'État place les communistes à l'Intérieur, aux Finances et à la Justice. Ce coup d'État renverse le premier ministre Rădescu et met les communistes (ultra-minoritaires) au pouvoir ; c'est alors seulement que l'U.R.S.S. commence à considérer la Roumanie comme un allié.
    Le roi Michel reçoit même de Staline l'Ordre soviétique de la Victoire.
    Des élections auront lieu le 19 novembre 1946 et donneront 71 % des voix aux communistes, dans un contexte de terreur où les candidats des autres partis qui ont osé se maintenir, sont au mieux rossés et pillés, parfois assassinés, tandis qu'en milieu rural ou dans les banlieues, les électeurs sont menés aux urnes sous la menace des armes.

    Source :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_la_Roumanie


    20 MAI 1945 :
    L'association Roumaine pour le Resserrement des Liens avec l'Union Soviétique (ARLUS), créée le 11 novembre 1944, tient son premier Congrès.
    Une série de timbres (Y&T Roumanie Nos 829/32 et BF 22) sera émise à cette occasion.

    1er Congrès ARLUS
    BF 1er Congrès ARLUS

    D'autres congrès de l'A.R.L.U.S. feront l'objet d'émissions spéciales

    Surcharge ARLUS 1947

    Ainsi que de nombreux timbres célébrant l'amitié soviéto-roumaine.

    Amitié Sovieto-roumaine

    Amitié Soviéto Roumaine Amitié soviéto-roumaine

    La monarchie sera abolie et une République populaire proclamée
    le 30 décembre 1947

    Voir à cette date






    20 MARS 1945 :
    Les Soviétiques exigent de la Turquie des territoires arméniens et la cession de bases. Pour soutenir les Turcs, les U.S.A. accordent un prêt de 500 millions de dollars au gouvernement d'Ankara qui mobilise son armée.

    CRÉATION DE LA « LIGUE ARABE »

    Création de la Ligue Arabe
    22 MARS 1945 :
    Signature au Caire de l'acte constitutif de la Ligue Arabe, ("Pacte de la Ligue des États Arabes") six mois après une conférence préparatoire réunie à Alexandrie (Egypte) par Nahas Pacha qui n'entendait pas laisser aux Hachémites de Transjordanie et d'Irak le monopole de l'idée panarabe. Le siège de la Ligue est établi au Caire et non à Bagdad comme le souhaitaient les Britanniques.
    Les sept membres fondateurs de la Ligue Arabe sont : l'Égypte, l'Arabie saoudite, l'Irak, la Jordanie, le Liban, la Syrie et le Yémen du Nord.
    Deux timbres d'Égypte seront émis en 1945 pour cette création (Y&T Égypte Nos 235/36).

    Siège de la Ligue Arabe au Caire.


    De très nombreux timbres seront émis pour célébrer les anniversaires de la création de la Ligue arabe, certaines de ses réunions et l'inauguration du siège au Caire.



    AVRIL 1945 :
    Averell Harriman, ambassadeur des U.S.A. en U.R.S.S., dénonce la tactique communiste : "le parti communiste et ses associés se servent partout des difficultés éprouvées par les pays placés sous notre responsabilités pour faire de la réclame aux conceptions et à la politique des soviets". Il préconise une aide économique des U.S.A. à l'Europe occidentale. Ce sera deux ans plus tard, le Plan Marshall.

    MORT DU PRÉSIDENT ROOSEVELT

    Funérailles de Roosevelt

    12 AVRIL 1945 :
    Mort du Président des États-Unis Franklin Delano Roosevelt.
    Il est remplacé par le Vice-président Truman.
    Un timbre des îles Marshall (Y&T Marshall No 558) est consacré au cortège funèbre et plusieurs timbres des États-Unis (dont Y&T États-Unis No 992, 1514) ont été émis en mémoire du Président Truman.
    Harry Truman


    Journala annonçant la mort de Roosevelt

    Plusieurs timbres ont été émis dans le monde en hommage au Président Roosevelt pour les anniversaires de son décès (Y&T Grèce Nos518/520, Salvador Nos BF 6 et 7 ....)

    Décès de Franklin Roosevelt Grèce

    3ème anniversaire du décès du Président Roosevelt





    PREMIER « TRAITÉ D'ASSISTANCE MUTUELLE »
    IMPOSÉ PAR L'URSS
    AUX PAYS DE L'EST DE L'EUROPE

    Europe 1er septembre 1939
    En haut l'Europe de l'Est au 1er septembre 1939,
    en bas la Pologne remodelée en 1947
    redécoupage de la Pologne 1945

    Rappel : l'U.R.S.S. avait annexé de force les pays baltes et la Moldavie en 1940.

    21 AVRIL 1945 :
    Bien que l'U.R.S.S. ait annexé une grande partie de la Pologne de 1938, signature (forcée ?) à Moscou d'un Traité d'assistance mutuelle entre l'U.R.S.S. et la Pologne.
    En 1955, l'U.R.S.S. émettra quatre timbres pour le dixième anniversaire (Y&T Russie Nos 1754/57) ainsi que la Pologne (Y&T Pologne Nos 796/99). puis d'autres pour le 20ème anniversaire....

    20ème anniversaire du traité entre l'URSS et la Pologne


    traité URSS Pologne 1955
    Traité pologne URSS 1945
    Dixième anniversaire du traité d'assistance soviéto-polonais

    10ème anniversaire du traite URSS Pologne
    FDC du dixième anniversaire du traité d'assistance mutuelle

    Ce type de traité sera imposé à tous les pays de l'Europe de l'Est entre 1945 et 1950.




    25 AVRIL 1945 :
    Jonction des armées américaines et soviétiques à Torgau.
    Une oblitération spéciale en noir ou en rouge, cachet double cercle 36/26mm commémore le deuxième anniversaire de cet événement ".TORGAU. / TAG DER VEREINIGUNG DER ALLIERTEN ARMEEN // (monument)" 25/4/47.

    Jonction des armées américaines et soviétiques
    Rencontre-americains soviétiques

    Une oblitération similaire aura lieu en 1948. Après la Crise de Berlin (1948/49) il n'y aura plus de commémoration.

    Torgau 1948 oblitération temporaire






    OUVERTURE DE LA
    CONFÉRENCE DES NATIONS-UNIES
    À SAN FRANCISCO

    Conférence de San Francisco 1945
    25 AVRIL 1945 :
    Ouverture de la Conférence des Nations-Unies à San Francisco.
    Cinquante nations sont représentées.

    Quarante-six pays avaient d'abord été invités à la Conférence de San-Francisco. C'étaient, en plus des quatre pays sous l'égide desquels s'ouvrait la Conférence, tous les pays qui avaient déclaré la guerre à l'Allemagne et au Japon et signé la « Déclaration des Nations Unies ».
    ère réuinon des Nations-Unies


    La Conférence elle-même invita quatre autres États : la République socialiste soviétique de Biélorussie, la République socialiste soviétique d'Ukraine, le Danemark, qui venait d'être libéré, et l'Argentine.

    Un timbre de Russie (Y&T Russie No 6150) montre la salle de la Conférence, un timbre du Togo a pour légende "Les Nations Unies se réunissent par la première fois".

    Conférence des Nations-Unies à san Francisco Avril 1945
    FDC du timbre émis pour l'ouverture de la conférence avec signature du Postmaster (Y&T USA No 479)

    Source :
    https://www.un.org/fr/sections/history-united-nations-charter/1945-san-francisco-conference/index.html


    Depuis 1944, le Bureau d'Information de New-York utilisait une machine à affranchir PB108314, très rare, avec flamme "In War and Peace / UNITED NATIONS".

    Enveloppe des Nations-Unies à new-York 1944
    EMA In WAR and Peace United Nations
    7/9/44



    CONTRE-OFFENSIVES ALLIÉES (1943-45)
    ET SITUATION MILITAIRE EN MAI 1945

    Contre-offensives alliées
    Contre-offensives alliées et situation militaire au 8 mai 1945
    Source :
    https://www.ibiblio.org/hyperwar/UN/Canada/CA/Victory/Victory-20.html

    CLIQUER SUR LA CARTE POUR AGRANDIR



    Drapeau armée allemande

    CAPITULATION DU IIIÈME REICH


    7 - 9 MAI 1945 :
    Capitulation de l'Allemagne nazie.
    La capitulation militaire sur le front occidental est signée à Reims le 7 mai. L'acte de capitulation officiel est signé à Berlin, tard le 8 mai, heure de Berlin, ce qui correspond au 9 mai, heure de Moscou.

    Pour les timbres et oblitérations relatifs à la signature de la capitulation Voir l'encart :

    La Capitulation du Reich





    12 MAI 1945 :
    Winston Churchill, Premier ministre du Royaume-Uni adresse un télégramme à Harry Truman, président des États-Unis, dans lequel il fait part de ses inquiétudes quant à l'avenir de la situation européenne et des relations des alliés occidentaux avec Moscou. L'annonce d'un retrait massif des troupes américaines du Vieux Continent risque de laisser l'Europe sans défense face à une Russie de plus en plus expansionniste, dont les desseins politiques ne sont pas connus. Très inquiet par l'attitude de la Russie dans les régions qu'elle occupe militairement, Winston Churchill parle déjà d'un rideau de fer qui s'est abattu en Europe de l'Est..

    Texte dans :
    https://www.cvce.eu/obj/ telegramme_de_winston_churchill_a_harry_truman_sur_la_situation_europeenne_12_mai_1945-fr-b62aff77-24ff-40af -a730-344a9b428cc8.html




    SIGNATURE DE LA CHARTE DES NATIONS-UNIES

    Président Truman et la charte de l'ONU



    25 JUIN 1945 :
    Signature de la Charte des Nations Unies.
    L'URSS utilisera systématiquement son droit de veto pour empêcher tout accord durable sur les principaux problèmes.

    Préambule de la Charte des Nations-Unies


    De très nombreux timbres et oblitérations ont commémoré cette signature (voir catalogues).

    Cérémonie de Signature

    En 1945, la bipolarisation de l'Europe est évidente, les troupes américaines sont présentes dans toute l'Europe Occidentale, l'Armée Rouge occupe l'Europe Orientale. L'Europe n'existe plus; elle s'est déconsidérée à Münich, et aujourd'hui elle est en ruine, elle est hors d'état de jouer le rôle qu'elle jouait autrefois. Son sort dépend des armées des grandes puissances qui occupent son territoire.

    50ème anniversaire de la signature de la charte des Nations-Unies
    Bloc-feuillet émis par les Nations-Unies pour le cinquantième anniversaire de la signature de la Charte.

    1er anniversaire de la charte


    Dans les commémorations, on fera la différence entre la date de signature de la charte (25 juin 1945) et sa mise oeuvre (24 octobre 1945) après ratification.

    FDC Charte des Nations-Unies 24-10-65
    FDC 20ème anniversaire de la ratification de la Charte des Nations Unies





    29 JUIN 1945 :
    Annexion forcée par l'URSS de l'« Ukraine subcarpatique » qui faisait partie de la Tchécoslovaquie jusqu'en 1939, puis de la Hongrie de 1939 à 1944.
    Elle a émis ses propres timbres en 1945 (Y&T Ukraine subcarpatique Nos 1/11).

    Timbres d'Ukraine subcarpathique




    LA CONFÉRENCE DE POTSDAM

    Conférence de Potsdam






    17 JUILLET - 7 AOÛT 1945 :
    Conférence de Potsdam (Churchill/Attlee, Truman, Staline).

    Conference de Potsdam
    L'ordre du jour commence par l'attitude à avoir envers le Japon poursuite de la guerre et sort des territoires qu'il occupe. Pour l'Indochine, la Conférence décide que le South East Asia Command (S.E.A.C.) de l'Amiral Mountbatten désarmera les forces nippones au Sud du 16ème parallèle et que le South West Pacific Command des Chinois, conseillé par les Américains, désarmera les Japonais au Nord du 16ème parallèle .
    Les U.S.A., le Royaume-Uni et la Chine adressent au Japon un ultimatum de reddition inconditionnelle en 31 points. Ils reprennent l'essentiel des décisions de la Conférence du Caire de novembre 1943 .
    A la Conférence, Truman refuse d'accorder à l'U.R.S.S. une zone d'occupation au Japon.

    A la suite de cette conférence, la France est invitée à participer pour les affaires européennes au "Conseil des Ministres des Affaires Étrangères", organisme créé pour poursuivre la politique de concertation entre les grands pays vainqueurs et qui supervisera le "Conseil de Contrôle", composé des quatre Commandants-en-Chef.
    Le "Conseil des Ministres des Affaires Étrangères" est chargé de préparer les Traités de Paix avec les satellites de l'Axe (Italie, Roumanie, Bulgarie, Hongrie et Finlande) et de règler les questions territoriales.
    L'idée de démembrement de l'Allemagne est abandonnée.
    Les Trois décident que pendant la période d'occupation, l'Allemagne, moins les régions confiées à l'Administration polonaise, sera traitée comme une seule entité économique et qu'il y aura autant que possible, uniformité de traitement pour la population allemande dans toutes les zones.
    "Pour le règlement de Paix avec l'Italie, la France sera considérée comme une signataire des conditions de reddition de l'Italie."
    Un certain nombre de principes politiques et économiques à appliquer à l'Allemagne sont définis : démilitarisation, dénazification, décartellisation, limitation de la production industrielle, versement à titre de réparations, d'usines et de matériel.
    Chaque puissance occupante prélèvera sa part "de réparations" sur sa zone d'occupation. Les zones occidentales devront, de plus, participer au paiement des réparations à livrer à l'U.R.S.S. et à la Pologne.
    DDR-Pologne accord Oder - Neisse


    La Conférence de Potsdam fixe également les frontières orientales (provisoires) de l'Allemagne à la ligne Oder-Neisse et le sort de la nouvelle Allemagne.
    En juillet 1950, la RDA reconnaîtra cette frontière comme définitive (accords de Gôrlitz).
    Deux timbres de RDA (Y&T Allemagne Orientale N°36/37) montrant les responsables de la RDA et de la Pologne font clairement référence à cet accord ainsi qu'un timbre commémorant le 20ème anniversaire de cette reconnaissance.
    Ce n'est qu'en 1990 que la RFA acceptera formellement cette ligne comme frontière orientale de la nouvelle Allemagne.

    FDC Reconnaissance frontière Oder-Neisse



    Plusieurs timbres et oblitérations rappellent cette conférence :
    • une oblitération spéciale pour le 20ème anniversaire,

    • 20ème anniversaire des accords de Potsdam
      Oblitération commémorant le vingtième anniversaire des accords de Potsdam

    • un tryptique de RDA émis en 1970 (Y&T Allemagne Orientale No 1277/1279) et une oblitération spéciale pour le 25ème anniversaire des accords,
    • 25e anniversaire de la Conférence de Potsdam sur lettre recommandée
    40ème anniversaire de la conférence de Potsdam URSS

  • Un timbre d'URSS (Y&T Russie No 5238) émis pour le 40ème anniversaire

  • un timbre de Russie émis en 1995 (Y&T Russie N°6116) pour le 50ème anniversaire,
  • URSS Potsdam


    • un timbre des Iles Marshall (Y&T Marshall No 585). On notera que sur ce timbre Churchill ET Attlee sont représentés.
    • Marshall Postdam


    • un timbre des Iles Maldives (Y&T Maldives No 1275).

    • Maldives Conférence de Postdam


    • un bloc-feuillet du Centrafrique montrant Clément Attlee, Harry Truman et Joseph Staline.

    bloc Conférence de Postdam

    Le courrier courant déposé à Potsdam reçoit une oblitération illustrée faisant référence au lieu historique et aux accords. Le texte et la forme générale varieront au long des années.

    Oblitération spéciale du lieu de la conférence de Potsdam
    Oblitération spéciale du lieu de la Conférence 2/8/57

    Oblitération commémorative Potsdam 1 15 Oblitération commémorative Potsdam
    2/2/70 17/8/91

    En 1945, la bipolarisation de l'Europe est évidente, les troupes américaines sont présentes dans toute l'Europe Occidentale, l'Armée Rouge occupe l'Europe Orientale.
    L'Europe n'existe plus. Elle s'est déconsidérée à Munich, et aujourd'hui elle est en ruine. Elle est hors d'état de jouer le rôle qu'elle jouait autrefois. Son sort dépend des armées des grandes puissances qui occupent son territoire.
    En France, deux conceptions s'affrontent à la Libération : l'Allemagne comme ennemi permanent, au moins potentiel, et l'Allemagne ennemie seulement, quand elle était hitlérienne.

    Conférences alliées jusqu'à Postdam
    Schéma montrant les principales conséquences des décisions des conférences des Alliés jusqu'en 1945


    Lors de la Conférence, Truman annonce à Staline, sous le sceau du secret, que les États-Unis s'apprêtent à lancer sur le Japon la première bombe atomique aux pouvoirs de destruction inimaginables.
    Molotov, informé, conseille à Staline de lancer tout de suite le programme de recherche et de fabrication de cette bombe pour pouvoir affronter ultérieurement les Américains si nécessaire.
    C'est pour cette raison que certains historiens font débuter la "Guerre Froide" à la Conférence de Potsdam.




    Clement Attlee


    26 JUILLET 1945 :
    Clement Attlee est nommé Premier Ministre de Sa Majesté en remplacement de Winston Churchill qui a perdu les élections.
    Il restera au pouvoir jusqu'au 26 octobre 1951.

    Drapeau armée Impériale

    CAPITULATION DU JAPON

    15 AOÛT 1945 :
    Annonce par l'Empereur Hiro Hito de la capitulation du Japon selon les termes imposés à Potsdam. Elle sera signée à Tokyo le 2 septembre.

    Pour les célébrations de cette capitulation, voir l'encart

    Cérémonie de signature de la capitulation japonaise







    CRÉATION À PARIS DE LA
    « FÉDÉRATION SYNDICALE MONDIALE »

    25 SEPTEMBRE - 8 OCTOBRE 1945 :
    Création à Paris de la Fédération Syndicale Mondiale de tendance communiste.
    Le congrès constitutif s'ouvre à Paris le 25 septembre 1945, au Palais de Chaillot, dans une ambiance internationale transformée par la victoire des armées alliées ; mais Roosevelt est mort et avec lui la volonté politique d'intégrer l'Union soviétique dans la communauté internationale; les mêmes résistances subsistent quant aux effectifs déclarés par les syndicats d'Europe de l'Est, mais aussi quant à la volonté centralisatrice qui domine le congrès.
    L'Anglais, Sir William Citrine, est élu Président et le Français, Louis Saillant, Secrétaire Général.
    Le puissant syndicat américain AFL ne participe pas à la FSM.
    15ème anniversaire de la FSM créée à Paris
    La réunion de Paris est célébrée par quatre timbres de Roumanie émis en 1945 (Y&T Roumanie N°882/885), ainsi que par huit timbres de Hongrie (Y&T Hongrie N° 724/731) et un timbre de Bulgarie pour le 15ème anniversaire (Y&T Bulgarie No 1037).

    Congrès Syndical Mondial

    Bulgarie FSM

    10ème anniversaire de la FSM
    10ème anniversaire de la FSM
    (Y&T Roumanie No 1412/13)

    Louis Saillant figure sur un entier postal de Tchécoslovaquie avec timbre à l'effigie du président Gottwald à 1k50, vendus 2k, série D191 et slogan en tchèque "Les forces conduites par les défenseurs de la Paix sont invincibles" représentent certains membres français du Mouvement de la Paix dont Louis Saillant, "Secrétaire de la Fédération Syndicale Mondiale, Vice-Président du Comité Mondial des Défenseurs de la Paix.".

    Louis Saillant



    Timbre Nations-Unies FAO


    16 OCTOBRE - 1ER NOVEMBRE 1945 :
    L'Organisation pour l'Alimentation et l'Agriculture ou Food and Agriculture Organization (FAO) est créée à Québec par 44 pays.
    La FAO est la première en date des institutions spécialisées des Nations unies.




    10 - 16 NOVEMBRE 1945 :
    Conférence tripartite Canada, États-Unis et Royaume-Uni sur l'énergie atomique à Washington. Les trois états se prononcent en faveur d'une action internationale contre l'usage militaire de la bombe et pour l'utilisation industrielle de l'énergie nucléaire.

    Souvenir conférence atomique de washington 10 novembre 1945
    enveloppe commémorative






    FORMATION DE LA YOUGOSLAVIE COMMUNISTE

    La Yougoslavie dirigée par le Régent Paul pendant la minorité du Roi Pierre II, était restée neutre jusqu'au début 1941.
    Lorsque le Reich voulut venir en aide aux armées italiennes en difficulté en Grèce, il demande un droit de passage par la Yougoslavie. Le régent Paul le lui accorde en mars 1941 mais un coup d'état pro-Alliés le renverse et le remplace par le jeune Roi bien que mineur.
    En représailles, le 6 avril 1941, Hitler fit envahir la Yougoslavie qui capitula le 17 avril suivant. La Yougoslavie fut occupée et démembrée sur des bases ethniques et linguistiques.

    « La Bulgarie, alliée des nazis, occupa deux tiers de la Macédoine yougoslave, la Serbie du Sud et une petite partie du Kosovo.
    L'Italie créa une grande Albanie sous sa tutelle, comprenant presque tout le Kosovo et la Macédoine de l'Ouest, gardant le Montenegro comme un protectorat et annexant, en outre, la Dalmatie et la Carniole (la Slovénie de l'Ouest limitrophe à Trieste).
    Le régime des Oustachis, fascistes croates, instaura à Zagreb l'État indépendant de Croatie englobant l'ensemble de la Bosnie-Herzégovine.
    Quant aux Hongrois, ils s'empareront de la Backa en Voïvodine avec la ville de Novi Sad, laissant le Banat serbe, comme le reste de la Serbie, réduit dans ses frontières d'avant 1913, sous l'occupation allemande directe.
    Le reste de la Slovénie fut absorbé par le IIIe Reich. »
    Source : https://www.cairn.info/revue-guerres-mondiales-et-conflits-contemporains-2005-1-page-29.html

    Carte de l'occupation de la Yougoslavie 1941-43
    Carte de la Yougoslavie occupée 1941-43
    Source :
    https://fr.wikipedia.org/ wiki/Yougoslavie

    CLIQUER SUR LA CARTE POUR AGRANDIR

    40ème anniversaire de la fondation de l'AVNOJ
    40ème anniversaire de la fondation de l'AVNOJ

    Au début de la guerre, le Parti communiste de Yougoslavie fonde avec d'autres partis politiques le Front de libération populaire (JNOF), lequel se dote en novembre 1942 d'un organisme politique représentatif, le Conseil anti-fasciste de libération nationale de la Yougoslavie (AVNOJ), qui se proclame parlement du pays.
    Du 21 au 29 novembre 1943, l'AVNOJ tient sa deuxième session à Jajce et établit un programme politique, impliquant la création d'un État fédéral yougoslave, la « Fédération démocratique de Yougoslavie », et la tenue après la guerre d'un référendum sur la question du maintien ou non de la monarchie.

    10ème anniversaire du 2ème congrès de l'AVNOJ
    Dixième anniversaire du Congrès de l'AVNOJ de novembre 1943 (Y&T Yougoslavie Nos 634/36)

    Maréchal Tito

    En février 1945, au moment de la libération du pays, le maréchal Tito, libérateur du pays sans l'aide de l'Armée Rouge, accepte sur l'insistance des Alliés de reconnaître l'existence d'un conseil de régence, mais sans autoriser le retour du roi.

    « A la fin de la guerre la Yougoslavie titiste, absorbe les possessions italiennes sur la côte Dalmate (Zadar et les îles au nord d'Adriatique), s'empare d'Istrie, avec Pola (Pula), Koper (Cappo d'Istria) et, en outre, Trieste, et provoque une grave crise internationale. Après des années de négociations, avec la division des territoires contestés en deux zones, la crise finira en 1954 par l'attribution à l'Italie de la zone A, contrôlée par les Américains et les Britanniques avec la ville de Trieste, tandis que le reste du territoire contesté, la zone B, déjà sous le contrôle de Tito, avec Gorica (Gorizia) et son hinterland à majorité slave, était cédé légalement à la Yougoslavie. »

    Source :
    https://www.cairn.info/revue-guerres-mondiales-et -conflits-contemporains-2005-1-page-29.html


    Pour le courrier à Trieste, on se reportera au chapitre :

    "La Région de Trieste occupée puis divisée"




    La Yugoslavie en 1948 à 1991
    La Yougoslavie de 1948 à 1991


    11 NOVEMBRE 1945 :
    Premières élections d'après-guerre : la coalition dirigée par les communistes a pris le nom de "Front populaire". La campagne électorale est accompagnée de pressions de toutes sortes, de menaces physiques contre les candidats adverses, et d'exclusion de citoyens des listes électorales sous prétexte de collaboration durant la guerre. L'opposition se retire officiellement des élections pour protester contre les conditions de la campagne.
    Le "Front populaire" remporte finalement une moyenne de 85 % des suffrages dans chaque État.

    29 NOVEMBRE 1945 :
    Deux ans, jour pour jour, après l'adoption du programme de l'AVNOJ, l'Assemblée constituante proclame officiellement la République fédérative populaire de Yougoslavie (RFPY), république fédérale à parti unique communiste sous la direction du maréchal Tito, peu avant l'adoption d'une nouvelle constitution le 31 janvier 1946.. Le royaume de Yougoslavie est officiellement aboli, bien que le roi refuse d'abdiquer.
    La fédération comprend six républiques : la Bosnie-Herzégovine (capitale Sarajevo, la Croatie (capitale Zagreb), la Macédoine (capitale Skopje), le Monténégro (capitale Titograd) la Serbie (capitale Belgrade) et la Slovénie (capitale Ljubljana).

    Dans les nouvelles républiques des timbres et entiers postaux précédents sont surchargés du nom de la fédération en caractères cyrilliques, en caractères latins ou en grec (voir notamment Y&T Yougoslavie Nos 401/405).

    Timbre de Serbie surchargés Federation de Yougoslavie
    Timbres de Serbie avec surcharge en caractères cyrilliques

    Timbre de Croatie surchargés Yougoslavie
    Timbres de Croatie avec surcharge en caractères latins

    Timbres du Monténégro italien surchargés Yougoslavie
    Timbres du Montenegro occupé par l'Italie, surchargés République Fédérative de Yougoslavie en grec

    Entier postal surchargé du nom de la nouvelle ffédération
    Entier postal de Croatie surchargé en caractères latins

    Entier postal surchargé en cyrillique république fédérative d'Albanie
    Entier postal de Serbie surchargée en caractères cyrilliques


    Douze timbres et deux blocs-feuillet ont été émis pour célébrer la Constitution (Y&T Yougoslavie Nos 434/439 A/B et BF 2 A/B).

    FDC timbres pour la constitution
    FDC des timbres célébrant la nouvelle constitution avec des paires caractères cyrilliques et latins se tenant

    BF Constitution yougoslave 1946
    Bloc-feuillet faisant la liaison entre le programme de l'AVNOJ et la Constitution (avec caractères cyrilliques/latins dans cet ordre. Le même existe dans l'ordre inversé.

    Pendant la période entre 1945 et 1950, la fédération devenue la République Populaire Fédérative de Yougoslavie, se caractérise par la mise en place d'un État communiste et le développement de la répression contre les non-communistes (Églises, mouvements nationalistes tant croates que serbes).

    Coupon -réponse de la ouvelel Yougoslavie
    Coupon-réponse international de 8 Dinars de la République Populaire Fédérative de Yougoslavie émis à Belgrade 31/12/47

    Après une brève période d'alignement sur le modèle communiste soviétique, la Yougoslavie, à la différence des autres pays communistes d'Europe centrale et orientale, choisit une voie indépendante de l'U.R.S.S..
    Cela fut possible parce que Tito s'est libéré seul de l'occupation nazie, sans l'aide directe de l'Armée Rouge, et parce qu'à Téhéran et Yalta, les parts d'influence occidentale et soviétique avaient été fixées à égalité (contre 90 % d'influence soviétique dans les autres pays de l'est européen, et 90 % d'influence occidentale en Grèce).
    Forte de cet équilibre géopolitique, la Yougoslavie apporte également son assistance aux communistes du K.K.E. au cours de la guerre civile grecque.
    Tito adopte une attitude idéologique intransigeante et émet une condamnation du Parti communiste italien et du Parti communiste français pour leur participation aux gouvernements « bourgeois » de leurs pays.
    Le principal voisin communiste de la Yougoslavie est la République populaire d'Albanie, dirigée par le communiste Enver Hoxha : les deux pays signent un traité d'amitié et de coopération ; l'Albanie apparaît dans l'immédiat après-guerre comme un satellite politique de la Yougoslavie.

    L'industrie yougoslave est nationalisée, de même que les propriétés agricoles excédant 45 hectares. Les paysans sont invités à se regrouper dans des communautés agricoles (Zadruga) bâties sur le modèle des kolkhozes.
    Tito lance également un ambitieux programme d'industrialisation et de modernisation du pays. Un plan quinquennal, mené de 1947 à 1951, permet la reconstruction des infrastructures détruites par la guerre.
    Sur le plan économique, il met progressivement en place un système socio-économique appelé "autogestion", dans lequel les entreprises sont gérées par ceux qui y travaillent, et non de manière centralisée par l'État, comme dans le communisme orthodoxe.

    Source :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/ Yougoslavie#Seconde_Guerre_mondiale






    Drapeau URSS Drapeau Iran

    LA CRISE IRANIENNE
    PREMIÈRE CONFRONTATION
    DE LA GUERRE FROIDE

    NOVEMBRE 1945 - DÉCEMBRE 1946 :
    Crise iranienne.

    La question du retrait des troupes alliées de l'Iran avait été discutée en détail à la conférence de Potsdam le 21 juillet 1945. Il fut décidé que les troupes qui avaient occupé l'Iran pendant la guerre, se retireraient de la capitale, Téhéran, mais resteraient stationnées en Iran jusqu'à six mois après la fin de la guerre avec le Japon. Après la chute des bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki et la reddition japonaise le 2 septembre 1945, la date par déduction du gouvernement iranien du retrait des troupes alliées fut fixée au 2 mars 1946. Les gouvernements britannique et soviétique avaient accepté cette dernière date.

    Crise iranienne 1945-1946

    Mais dès juillet 1945, Staline publie plusieurs décrets incitant à la sécession des provinces iraniennes d'Āzarbāydjān et du Kurdistan occupées pendant la guerre par l'U.R.S.S. et la création de Républiques autonomes pro-soviétiques.
    Fin octobre 1945, la gendarmerie de Tabriz signale que des camions transportant des armes sont arrivés dans la ville et que le contenu a été distribué à des sections de la population. Un peu plus tard, les postes de police de Tabriz et des environs sont attaqués par des hommes armés.
    En novembre 1945, les soviétiques soutiennent ouvertement les insurgés, envoyant des troupes de l'Armée rouge supplémentaires pour empêcher les renforts de police et de gendarmerie iraniens de rentrer dans ces provinces.
    Les insurgés proclament, en décembre 1945, une république autonome azérie dont les postes clés sont tenus par des communistes. Dans la province voisine, une autre république autonome nommée république de Mahabad est proclamée au Kurdistan iranien, qui s'empresse de conclure une alliance avec les insurgés de Tabriz.

    Le 19 janvier, le gouvernement perse porte le conflit azerbaïdjanais avec l'URSS devant le Conseil de sécurité de l'ONU. La crise fulgurante s'aggrave à mesure que le retrait promis des troupes est reporté parce que le gouvernement de l'Union soviétique veut conclure un accord sur la production pétrolière iranienne avant tout retrait. Il vise également à moyen terme l'instauration d'un régime pro-soviétique en Iran afin d'avoir un accès "aux eaux chaudes" de l'Océan Indien, vieux rêve traditionnel de la Russie.

    Après des tentatives de négociations directes entre l'Iran et l'U.R.S.S. qui n'aboutissent pas, une tentative de coup d'état communiste à Téhéran échoue également.

    Pressions, intimidations, provocations de soulèvements, tentatives de coup d'état, se multiplient mais l'habileté et la la fermeté du Premier Ministre iranien Ghavam os-Saltaneh, soutenu par les Occidentaux, empêchent l'URSS d'arriver à ses fins et la crise se termine à la mi-1947 avec l'effondrement des régimes pro-communistes des régions contestées et la signature d'accords avec les Occidentaux notamment avec l'Anglo-Iranian Oil Company.

    Cette crise fut la toute première épreuve de forces de ce qui allait devenir la Guerre froide. »

    Source :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Crise_irano-sovi%C3%A9tique




    Drapeaux des trois grdes puissances

    3 DÉCEMBRE 1945 :
    Réunion à Moscou de la Conférence des Ministres des Affaires Étrangères, sommet des trois puissances alliées qui réunit Viatcheslav Molotov (pour l'Union soviétique), James F. Byrnes (pour les États-Unis) et Ernest Bevin (pour le Royaume-Uni). Elle aboutit à une déclaration datée du 27 décembre 1945 qui traite à la fois des relations entre les Alliés et les satellites de l'Axe (Roumanie, Bulgarie, Italie, Hongrie et Finlande) et la situation en Asie orientale. La France n'a pas été conviée.





    PREMIÈRE RÉUNION DE L'ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L'O.N.U.

    Assemblée de l'ONU à Londres 1646

    10 JANVIER - 14 FÉVRIER 1946 :
    Réunion à Central Hall, Westminster, Londres, de la première l'Assemblée Générale des Nations - Unies (première partie qui continuera le 23 octobre à Flushing Meadows près de New-York).
    C'est le belge Paul-Henri Spaak qui est élu à la présidence de l'assemblée.
    Une semaine plus tard, le 17 janvier, le Conseil de sécurité, formé de 11 pays, dont les cinq membres permanents - États-Unis, Union des Républiques Socialistes Soviétiques (U.R.S.S.), Royaume-Uni, France, Chine - tient également sa première réunion.

    Une oblitération mécanique flamme à droite "UNITED NATIONS / LONDON 1945 (fond globe terrestre)" est utilisée dans de nombreux bureaux de la région londonienne lors de la préparation de cette réunion. La plupart des timbres courants pour les lettres à cette époque étant de couleur sombre, cette flamme est rarement bien lisible. Elle est connue en décembre 1945 et début janvier 1946.

    Réunion ONU 1945/46

    Une oblitération mécanique du service postal de l'O.N.U. à Genève a commémoré le 50ème anniversaire de la première Assemblée Générale à Londres.

    OMEC 50ème anniversaire de la première assemblée générale de l'ONU

    Tryve Lie 1er secrétaire général de l'ONU

    Le 29 janvier, Trygve Lie, un avocat et homme politique norvégien âgé de 50 ans, est élu premier Secrétaire Général de l'ONU.

    Tryve Lie Congo

    Trygve Lie Guinée Bissau


    Un timbre consacré à Trygve Lie a été émis par les Nations-Unies à New-York, Genève et Vienne avec légendes différentes ainsi qu'un timbre de Norvège (Y&T Norvège No 1144), un timbre du Congo (Y&T Congo No 266) et un timbre de Guinée Bissau issu d'un bloc consacré au 70ème anniversaire de l'ONU.

    FDC Trygve Lie
    Enveloppe avec les trois timbres des Nations Unies consacrés à Trygve Lie avec les trois oblitérations "premier jour".

    Une enveloppe commémorative a été vendue avec oblitération de Washington du 21 janvier. Les dates divergent légèrement selon que l'on se réfère à la proposition, à l'approbation du Conseil de Sécurité ou au vote de l'Assemblée générale.

    Election de Tryve Lie

    Salle de l'Assemblée Générale de l'ONU à manhattan
    salle de l'Assemblée Générale à Manhattan


    La salle de l'Assemblée Générale des Nations-Unies à New-York (utilisée à partir de 1952) a fait l'objet de six timbres (Y&T Nations Unies New-York Nos 45/46, 292/93) et d'un entier carte postale avec image et timbre concordant émis par l'Administration Postale des Nations-Unies.

    Entier Postal Assemblée Générale
    verso
    Entier carte postale de l'ONU émis en 1989 montrant la salle de l'Assemblée Générale à New-York



    MAINMISE COMMUNISTE RAMPANTE
    SUR LA HONGRIE

    Hongrie surcharge Libération
    À la fin du conflit mondial, la Hongrie est occupée par l'Armée rouge (4 avril 1945), qui balaie l'éphémère régime fasciste hongrois.
    Une série de timbres sera surchargée de la date de la "libération" (Y&T Hongrie Nos 663/75).

    Le “Royaume de Hongrie” demeure provisoirement la forme de gouvernement du pays, bien que le régime de Miklós Horthy ait cessé d'exister.
    Le 29 février 1920, la chambre hongroise avait rétabli la monarchie. Cependant, les Alliés s'opposant au rappel du dernier roi, une loi avait été votée le 7 novembre 1921, créant une Régence assumée de 1920 à 1944 par Miklos Horthy et de 1944 à 1945 par Ferenc Szálasi.
    Zoltán Tildy, chef du Parti civique des petits propriétaires indépendants et des travailleurs agraires, prend la tête du gouvernement tandis qu'un haut conseil de régence, composé de représentants des diverses tendances politiques - dont le Parti communiste hongrois, dirigé par Mátyás Rákosi et Ernő Gerő - occupe la tête de l'État.
    Des élections libres ont lieu à l'hiver 1945 mais, contrairement aux espoirs soviétiques, les communistes ne remportent que 17 % des suffrages ; ils intègrent néanmoins le gouvernement de coalition.
    Proclamation de la république de Hongrie 1946


    1ER FÉVRIER 1946 :
    Le royaume de Hongrie est officiellement aboli, avec la proclamation de la République.
    La légende "MAGYAR KIR. POSTA" est remplacée sur deux timbres par "REPUBLICA HUNGARICA" (Y&T Hongrie Nos 786/87) puis ce sera "MAGYAR POSTA".

    Zoltán Tildy devient le président. Ferenc Nagy devient Premier ministre ; Mátyás Rákosi étant vice-Premier ministre, le maréchal soviétique Kliment Vorochilov ayant fait pression pour le maintien des communistes au sein du gouvernement. Le communiste László Rajk devient ministre de l'intérieur et met sur pied la police secrète Államvédelmi Hatóság (AVH).

    Contrairement à d'autres pays d'Europe de l'Est, la Hongrie n'est pas soumise immédiatement à la mainmise des communistes, qui ne prennent le pouvoir que progressivement.
    Les communistes qui avaient fui en U.R.S.S. pendant la guerre, revenus en Hongrie, reconstituent rapidement leurs forces et occupent une place disproportionnée dans la vie politique hongroise, grâce notamment à l'appui soviétique.

    Traité de Paix avec la Hongrie
    Sur le plan diplomatique, en signant le traité de Paris en 1947, la Hongrie perd à nouveau tous les territoires qu'elle avait annexés entre 1938 et 1941. La Ruthénie subcarpatique est annexée par l'URSS et devient un territoire de la République socialiste soviétique d'Ukraine.
    Hongrie 1938-1944
    Hongrie en 1944
    source : wikipedia
    CLIQUER SUR LA CARTE POUR AGRANDIR
    Carte Hongrie 1945
    Hongrie en 1947
    Source http://www.valeur-europe.fr/ monographies_detail.php?pays=hongrie
    CLIQUER SUR LA CARTE POUR AGRANDIR


    Sur le plan économique, une politique de nationalisation des banques, des mines et des grandes industries est mise en œuvre, sans pour autant liquider les petites entreprises.

    L'HYPERINFLATION



    Une hyperinflation de la monnaie hongroise le "pengö" se développe en 1945-46, elle se terminera par la réintroduction du forint le 1er août 1946, au taux de 1 forint pour 4×1029 pengő. Cette opération fut organisée avec succès par les ministres communistes du gouvernement hongrois, ce qui facilitera leur accession au pouvoir en 1948-1949.

    jusqu'en 1946 : 100 fi(ller) = 1 p(engö)


    hyperinflation 300 pengo sur  30 filler hyperinflation 800 mille pengö hyperinflation 2 million pengo
    surcharge 300 pengö sur 30 filler 800 mille pengö 2 millions de pengö
    hyperinflation 500 milliars de pengö hyperinflation  100 mille milliards de pengö hyperinflation 500 millions e milliards de pengö
    500 milliards de pengö cent mille milliards de pengö 500 millions de milliards de pengö

    hyperinflation  adopengö
    200 mille adopengö



    Puis une monnaie variable dont le cours était annoncé tous les jours à la radio est mise en service le adopengö (1 adopengö = 2x1021 anciens pengö).


    Enfin le 1er août 1946 une nouvelle monnaie est mise en service avec un cours relativement stable : 1 Fo(rint) = 4x1029 (anciens) pengö = 100 (nouveaux) filler

    hongrie nouveau filler 1946 Hongrie 10 Forint 1946


    Un plan de reconstruction de trois ans démarrera en août 1947.




    La Signature d'un « Traité d'amitié, de coopération, de collaboration et d'assistance entre l'URSS et la Hongrie » sera imposée à la Hongrie
    le 18 février 1948

    Voir à cette date







    DISCOURS DE CHURCHILL SUR LA TOMBÉE
    D'UN « RIDEAU DE FER »
    SUR L'EUROPE

    Churchill à Fulton



    5 MARS 1946 :
    Retentissant discours de Churchill au Westminster College de l'Université de Fulton (Missouri), aux États-Unis, en présence du Président Truman. Il affirme "De Stettin sur la Baltique à Trieste sur l'Adriatique, un rideau de fer s'est abaissé à travers le continent".
    Les américains accueillent froidement cette déclaration.

    Différentes oblitérations et empreintes de machine à affranchir rappellent le passage de Winston Churchill à Fulton.

    EMA Mémorial Churchill à Fulton
    Empreinte de machine à affranchir du Winston Churchill Memorial à Fulton

    OMEC Churchill à Fulton
    oblitération mécanique "CHURCHILL MEMORIAL / WESTMINSTER COLLEGE / DEDICATION MAY 7 '69"

    Inauguration de la Truman-Churchill station à Fulton
    oblitération mécanique "TRUMAN- CHURCHILL / STATION / FULTON, MISSOURI / 65251"

    Churchill discours de Fulton
    Oblitération mécanique "Sinews of Peace / 60th Anniversary Station // ? " March 5, 2006, Fulton, Missouri 65251"





    Drapeau de la monarchie grecque de 1935 à 1975

    RÉTABLISSEMENT DE LA MONARCHIE
    EN GRÈCE
    CONTRE LA VOLONTÉ DES COMMUNISTES


    Athènes est libérée le 12 octobre 1944 par le peuple grec et l'EAM-ELAS (Front de libération nationale / Armée populaire de libération nationale) qui a presque totalement repoussé du pays les occupants nazis. Néanmoins, dès le 15 octobre, Churchill ramène en urgence du front italien les troupes royalistes grecques et les forces armées britanniques du Général en chef Scobie.
    Devant la position de force des résistants de l'EAM-ELAS soutenus par tout le pays, Churchill veut éviter à tout prix que s'instaure un régime communiste. Pour les Britanniques, l'enjeu est double : il faut désarmer l'ELAS qui regroupe des combattants aguerris dans tout le pays, et dont les convictions communistes sont soutenues par une grande partie de la population, en ville et à la campagne.
    Roi George II
    Surtout, Churchill veut organiser une armée nationale au service du roi grec Georges II, qui s'est réfugié en Égypte au début de la guerre avec le gouvernement et l'or de la Banque Nationale grecque.
    Scobie ramène avec lui Georges Papandréou comme Premier ministre d'un gouvernement de transition.
    Les 3 et 4 décembre 1944, les forces britanniques de Scobie et les prétoriens de Papandréou tirent sur une foule pacifique de manifestants, Place Syntagma, du haut de l'hôtel Grande-Bretagne.
    C'est le début des "Combats de Décembre". La loi martiale britannique s'impose sur Athènes ; les quartiers populaires sont bombardés par les avions anglais. Toute cette répression se fait sur ordre de Churchill, malgré l'opposition de toute son opinion publique et de la presse internationale qui a assisté à l'intervention britannique.
    Les Grecs ignorent que, à Moscou en octobre 1944, Churchill et Staline, avec l'accord de Roosevelt, se sont déjà partagés l'Europe. L'URSS n'interviendra pas pour soutenir les communistes grecs.
    Bien pire, le Comité Central du Parti Communiste grec (KKE) ne saisit pas clairement l'intention de Moscou de ne pas se mettre en travers des projets anglais – pour peu que l'Angleterre fasse la même chose en Roumanie et en Pologne.
    Churchill débarque à Athènes la veille de Noël 44 et impose un gouvernement de régence sans aucun représentant de l'EAM. Dans le même temps les combats de rues se poursuivent contre le nouvel occupant anglais associé aux Royalistes.
    Début janvier 1945, l'EAM accepte de se rendre, en se laissant imposer le désarmement des troupes de résistants de l'EAM-ELAS, en échange d'une amnistie et de la promesse que des élections et un référendum sur le retour du roi seront organisés. L'accord de Varkiza est signé le 12 février 1945, le même jour que l'accord de Yalta. Néanmoins des affrontements royalistes/communistes continueront dans tout le pays jusqu'en 1949.
    Source :
    http://reseauinternational.net/la-guerre-civile-en-grece -laboratoire-de-la-guerre-froide


    MARS 1946 :
    Large victoire des monarchistes aux élections grecques (75%).
    Les U.S.A. soutiennent ouvertement le régime, qui combat les partisans communistes qui sont aidés par la Yougoslavie et la Bulgarie.
    « Après la Libération de la Grèce en 1944, les forces de la résistance avaient empêché le roi Georges II et sa famille de revenir dans son pays et favorisé la mise en place d'une régence en la personne de l'archevêque Damaskinos d'Athènes.
    Cependant, l'instabilité du pays, divisé entre communistes et libéraux, permet aux monarchistes de revenir au pouvoir après les élections législatives de mars. Devenu Premier ministre, Konstantinos Tsaldaris organise un référendum visant à permettre à Georges II de remonter sur le trône. »

    Source :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9f%C3%A9rendum_grec_de_1946


    Une Mission Alliée de surveillance des élections utilise des lettres à en-tête "ALLIED MISSION TO OBSERVE THE GREEK ELECTIONS (+ traduction en français et en grec)", en franchise, et avec cachet administratif déesse assise violet "MISSION FRANCAISE / * OBSERVATION ELECTION GRECQUE *".
    Ces lettres sont oblitérées par la poste civile à leur arrivée en France (par la "valise diplomatique"), exemple "NICE" 12/?/46 ou par la poste aux armées britannique exemple "FIELD POST OFFICE / 782" 5/3/46.

    Cachet déesses assise élections grecques
    Mission française pour les élections grecques 1946
    Lettre en franchise à entête trilingue "ALLIED MISSION TO OBSERVE THE GREEK ELECTIONS / MISSION ALLIEE POUR OBSERVER LES ELECTIONS GRECQUES / (idem en grec)" et cachet administratif déesse assise "MISSION FRANCAISE / * OBSERVATION ELECTION GRECQUE *" passée par la valise diplomatique et oblitérée par la poste française Nice 12/ ?/46

    Lettre oblitérée du SP 782
    Lettre à entête trilingue "ALLIED MISSION TO OBSERVE THE GREEK ELECTIONS / MISSION ALLIEE POUR OBSERVER LES ELECTIONS GRECQUES / (idem en grec)" affranchie à 5p avec un timbre britannique et oblitérée "Field Post office 782" 5/3/46

    1ER SEPTEMBRE 1946 :
    Référendum qui autorise le Roi George II à revenir régner en Grèce.
    Quatre timbres à l'effigie du Roi sont surchargés de la date du référendum avec une nouvelle valeur faciale (Y&T Grèce Nos 536/39).

    Restauration de la Monarchie Grecque

    Restauration de la monarchie grecque FDC
    verso
    FDC de la série sur lettre recommandée pour les USA 28/9/46





    25 MARS 1946 :
    Première réunion à New-York du Conseil de Sécurité des Nations Unies.


    1ère réunion du Conseil de sécurité
    Enveloppe philatélique commémorative de la première réunion à New-York du Conseil de Sécurité des Nations-Unies, avec empreinte de la machine à affranchir P.B. 113436 avec logo de l'ONU 25/3/46


    première réunion du Conseil de Sécurité de l'ONU
    Enveloppe philatélique commémorative de la première réunion à New-York du Conseil de Sécurité des Nations-Unies, oblitérée New-York 25/3/46

    Un entier carte postale sera émis avec un timbre représentant la salle du Conseil dans le Palais des Nations Unies à New-York inauguré en 1951.

    Entier salle du Conseil
    verso
    Entier carte postale de l'ONU émis en 1989 montant la salle du Conseil de Sécurité

    Le Conseil de Sécurité fera l'objet de l'émission de deux timbres en 1957 (Nations-Unies No 52/53).

    FDC Security Council
    FDC Security Council





    DERNIÈRE RÉUNION
    DE LA SOCIETE DES NATIONS

    18 AVRIL 1946 :
    Dernière réunion à Genève de l'Assemblée Générale de la Société des Nations (S.D.N.) qui vient d'être remplacée par l'Organisation des Nations Unies (O.N.U.).

    La S.D.N. utilise pour le courrier courant à Genève un cachet manuel au type suisse "GENEVE 10 / SOCIETE DES NATIONS // (croix suisse) / I".
    Lors de la dernière session en 1946, le bureau de rattachement sera indiqué "GENEVE" au lieu de "GENEVE 10"

    cachet agrandi

    Lettre recommandée de la dernière session de la SDN
    Genève 8/4/46

    Assemblée de la SDN
    Oblitération utilisée lors de la dernière session




    26 MAI 1946 :
    Élections législatives en Tchécoslovaquie. Klement Gottwald devient Premier Ministre et Edvard Benès est élu Président de la République le 18 juin suivant.
    Bien que multi-parti, le gouvernement est dominé par les communistes et le noyautage de l'Administration par ces derniers est progressivement mis en place.



    28 MAI 1946 :
    L'Egypte accueille la 1ère conférence arabe à In-Chassa. Après le drame de l'Holaucauste et en ligne avec la déclaration Balfour de 1916, les Arabes craignent que les Palestiniens soient dépossédés de leurs terres au profit des Juifs.
    Ils confirment que la cause palestinienne est celle de tous les Arabes, soulignant la nécessité de défendre les droits légitimes du peuple palestinien.
    Une série de timbres égyptiens, émise le 9 novembre 1946, montre les effigies du Roi Farouk (Egypte) du Prince Imam Yahia (Yemen), du Président Bechara Kory (Liban), du Roi Ibn Saoud (Arabie Saoudite), du Roi Fayçal II (Irak), du Roi Abdullah (Transjordanie) et du Président Kouatly (Syrie) (Y&T Egypte N°243/249) et commémore cette réunion.

    réunion des Chefs d'Etat arabes au Caire
    La série complète sur lettre oblitérée du jour d'émission 9/11/46

    JUIN 1946 :
    Le Président Truman écrit au Secrétaire d'État James F. Byrnes : "Je suis fatigué de dorloter les soviétiques. Si on ne traite pas la Russie avec une main de fer et de façon vigoureuse, une autre guerre se prépare. Ils ne comprennent qu'un langage : "Combien avez-vous de divisions ?".

    15 JUIN / 12 JUILLET 1946 :
    Deuxième session du Conseil des Ministres des Affaires Étrangères des USA, du Royaume-Uni, de l'URSS et de France. Ils fixent au 29 juillet à Paris la date de la "Conférence de la Paix" et se mettent d'accord sur les "réparations" italiennes.





    Carte de l'atoll de Bikini

    TESTS AMÉRICAINS
    DE BOMBES ATOMIQUES SUR L'ATOLL DE BIKINI

    AVRIL / ÉTÉ 1946 :
    Organisation de tests nucléaires de bombes A sur l'atoll américain de Bikini (« Operation Crossroads »).
    Le but initial est de déterminer l'impact de ces bombes sur des navires et des sous-marins aux alentours.
    De nombreux navires américains vont participer à l'aménagement de la base mais aussi à l'évacuation des populations locales.
    Deux bombes du type de celles de Nagasaki seront utilisées le 1er et le 25 juillet.

    Une oblitération mécanique spéciale est apposée sur le courrier des navires participant aux tests.

    Tests nucléaires à Bikini
    Enveloppe philatélique avec l'oblitération killer "ATOMIC BOMB TEST / BIKINI ATOLL" et couronne "U.S. NAVY / FLEET POST OFFICE" 1/7/46


    Des enveloppes souvenir avec oblitération des navires ayant participé aux opérations ont été réalisées.

    Bikini atomic tetsts USS Burleson
    Enveloppe philatélique avec l'oblitération killer "U.S.S. BURLESON / APA 67" 25/4/46


    Oblitération du Shangri-La à Bikini atoll juin 1946
    Enveloppe philatélique avec l'oblitération killer "U.S.S. / SHANGRI-LA (CV88)" 30/6/46


    Une série de timbres et un bloc des  Îles Marshall rappellent cet événement (Y&T Marshall Nos 115/118 et BF 2).

    Rehabilitation du site de Bikini
    Baker Day Atomic Bomb test
     

    Six timbres avec vignettes attenantes regroupés en un feuillet (Y&T Îles Marshall Nos 690/95) expliquent le contexte des essais nucléaires américains à Bikini.

    Bloc-Feuillet des Îles Marshall expliquant la génèse des tests nucléaires à Bikini4
    Bloc-feuillet des Îles Marshall décrivant le contexte des essais nucléaires sur l' atoll de Bikini.
    CLIQUER SUR LA CARTE POUR AGRANDIR





    JUILLET 1946 :
    Le gouvernement tchèque multiparti dirigé par le communiste Gottwald fait adopter un plan biennal de développement de l'industrie et de l'agriculture.
    Il acceptera dans un premier temps de participer aux discussions relatives au futur plan Marshall mais devra y renoncer sous la pression des Soviétiques.
    Une série de timbres "Efforts pour la Reconstruction 1947/48" est émise le 1er janvier 1947.

    Plan biennal tchcoslovaque





    ACCES DIRECT AUX DIFFÉRENTES PAGES


    De Stalingrad à la Conférence de la Paix


    La Conférence de la Paix à Paris


    De la Conférence de Paris à la Crise de Berlin


    Du Blocus de Berlin à la création de l'OTAN


    Création et commémorations de l'OTAN


    De la création de l'OTAN à la guerre de Corée


    Du début de la Guerre de Corée à la mort de Staline



    ▲ ▲ Retour en tête de page  



    Retour au sommaire de "La France dans le contexte international 1943-1958 "




    © COPYRIGHT Jean Goanvic                Première mise en ligne du site : 24 janvier 2014

    Le but de ce site étant de partager gratuitement les connaissances, toute reproduction partielle ou totale de ce site à des fins commerciales est interdite. Toute reproduction (très) partielle, à des fins d'information non commerciale, est autorisée à la condition expresse de mentionner la référence de ce site et d'en informer le webmaster.
    Les droits liés aux textes cités, à la numérotation indiquée dans les références et aux documents reproduits restent la propriété de leurs auteurs et propriétaires.

    The purpose of this website being to share freely information, reproducing part or the whole of the content of this website for business purposes is prohibited. Any (very) partial reproduction for non-commercial information purpose is allowed provided that the webmaster is informed and the URL of this site is quoted.
    The rights related to the quotations, to the numbering systems referred to and to the scanned documents remain the property of their authors and owners.